Une étude affirme que l'agriculture de l'UE n'est pas viable pour l'avenir



- English - Español -


Après le suivi des négociations sur l'avenir de la Politique agricole commune, nous trouvons maintenant de nouvelles perspectives sur l'état actuel du texte, qui définira notre système agricole. Les institutions européennes n'ayant pas finalisé le processus de réforme de la PAC lors du mandat précédent, elles devront désormais poursuivre les discussions en vue d'un texte final et contraignant. Cependant, avant la reprise des négociations, une analyse de l'état actuel du texte appelle des raisons pour exprimer des inquiétudes.


Les chercheurs sont parvenus à une conclusion alarmante: l'état actuel de la réforme de la PAC n'est pas viable pour l'avenir. Ils insistent cependant sur le fait qu'il est toujours possible d'intégrer les découvertes scientifiques essentielles et de prendre en compte les demandes du public liées au changement climatique et aux défis environnementaux.


Le Centre allemand pour la recherche intégrative sur la biodiversité, en collaboration avec le Centre Helmholtz pour la recherche environnementale et l'Université de Göttingen, a mené cette étude. Pour aider à vulgariser leurs conclusions, nous publions à nouveau leur communiqué de presse. Vous pouvez également trouver plus d'informations sur la publication originale dans Science Daily et sur l'article complet publié dans Science Magazine.




___________________________________


Communiqué de presse

L'agriculture de l'UE n'est pas viable pour l'avenir


-Traduit du texte original en anglais-


Des chercheurs analysent les plans de réforme de la Commission européenne concernant la politique agricole commune (PAC)


Leipzig, Bruxelles. Les propositions de réforme de la Commission européenne sur la politique agricole commune (PAC) n'amélioreront probablement pas la protection de l'environnement, selon des chercheurs dirigés par le Centre allemand pour la recherche intégrée sur la biodiversité (iDiv), le Centre de recherche sur l'environnement de Helmholtz (UFZ) et l'Université de Göttingen dans la revue Science. L'UE s'est engagée à renforcer la durabilité, mais cela ne se reflète pas dans la proposition de réforme de la PAC. Les auteurs montrent comment le processus de réforme en cours pourrait encore tenir compte des conclusions scientifiques concluantes et de la demande du public pour relever les défis environnementaux, y compris le changement climatique.


Les zones agricoles couvrent 174 millions d'hectares, soit 40% de la superficie de l'UE (plus de 50% en Allemagne). La Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) a identifié l'intensification de l'utilisation des sols, principalement par l'agriculture, comme cause première de la perte de biodiversité, avec un risque pour le bien-être humain résultant des pertes de biodiversité et des services écosystémiques.


L’Union européenne, et donc aussi l’Allemagne, s’est engagée dans divers accords internationaux à s’orienter vers une agriculture durable, la protection de la biodiversité et la lutte contre le changement climatique. La Politique agricole commune (PAC) de l'Union européenne, qui représente environ 40% du budget total, est l'un des domaines politiques les plus importants pour la mise en œuvre de ces engagements internationaux. « La proposition de la Commission européenne pour la PAC après 2020, publiée en juin 2018, reflète très peu cette intention », a déclaré une équipe de recherche dirigée par le Dr Guy Pe'er (iDiv, UFZ) et le Dr Sebastian Lakner (Université de Göttingen).


L'agriculture européenne émet de plus en plus de gaz à effet de serre. Selon les chercheurs, la politique agricole commune de l'UE ne prévoit pas de mesures suffisantes pour une protection efficace du climat.

Les chercheurs ont analysé la proposition de PAC post-2020 en mettant l'accent sur trois questions: la proposition de réforme est-elle compatible avec les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies, reflète-t-elle le débat public sur l'agriculture et offre-t-elle une nette amélioration par rapport aux à la PAC actuelle? L'analyse reposait sur un examen approfondi de la littérature comprenant environ 450 publications, traitant de questions telles que l'efficacité, l'efficience et la pertinence de la PAC. Conclusion des scientifiques: la PAC proposée représente un net recul par rapport à la version actuelle.


« Prendre au sérieux la durabilité et les objectifs de développement durable nécessite une réflexion approfondie sur la politique agricole, ses budgets et ses instruments, ainsi que la mise au point de bons indicateurs pour mesurer le succès », déclare l'écologiste Guy Pe'er. « Au-delà des mots, nous avons trouvé peu de cela ». Selon les chercheurs, la PAC a le potentiel de soutenir au moins neuf des dix-sept objectifs de développement durable, mais actuellement, elle ne contribue à la réalisation de deux d'entre eux.


Les chercheurs critiquent également le fait que l'UE veuille maintenir certains des instruments de la PAC qui se sont révélés inefficaces, nuisibles à l'environnement et socialement injustes. Les paiements directs au titre du "Pilier 1 de la PAC" constituent un exemple clé d'instrument inefficace. Environ 40 milliards d'euros (environ 70% du budget de la PAC) sont versés aux agriculteurs sur la seule base de la superficie cultivée. Cela entraîne une répartition inégale des fonds: 1,8% des bénéficiaires reçoivent 32% des fonds.


« Ces paiements compensatoires, introduits provisoirement en 1992 à titre de solution provisoire, manquent d'une justification scientifique solide », déclare l'économiste agricole Sebastian Lakner de l'université de Göttingen. Selon l’analyse des chercheurs, les paiements directs ne contribuent que très peu aux objectifs environnementaux ou sociaux.


Cette critique, qui n'est pas nouvelle, a déjà été reflétée par l'UE en 2010 avec ce que l'on appelle le "verdissement" des paiements directs - mais la tentative de verdissement a été atténuée par la pression politique exercée lors du dernier processus de réforme et s'est finalement révélée largement inefficace - selon les chercheurs.


La Commission européenne propose de maintenir et même d’étendre les paiements directs, mais a proposé une "nouvelle architecture verte" en réponse aux critiques généralisées. Cela inclut un élargissement des critères écologiques de qualité de l’agriculture et de nouvelles mesures volontaires appelées «éco-systèmes» dans le pilier 1. En outre, la Commission européenne a déclaré que 40% de la PAC seraient étiquetés « respectueux du climat ». Mais selon les chercheurs, ce calcul reste discutable. Et tandis que les émissions de gaz à effet de serre provenant de l'agriculture augmentent actuellement plutôt que de diminuer, la Commission ne propose aucun instrument spécifique approprié pour lutter contre le changement climatique.


Le Pilier 2, appelé « Programme de développement rural », offre de bien meilleurs outils pour traiter de la protection de la biodiversité et du changement climatique. Alors que les instruments environnementaux du pilier 2 ne représentent qu'un dixième du pilier 1, la Commission suggère de réduire considérablement le pilier 2 de 28% dans les années à venir, mettant ainsi en danger l'environnement et les sociétés rurales, selon les chercheurs.

Les chercheurs estiment que la principale cause des carences environnementales réside dans un processus de réforme déséquilibré qui offre aux organisations de lobbying puissantes de vastes possibilités d’influencer la réforme et de promouvoir leurs propres intérêts, en excluant d’importants acteurs de la science et de la société.


Paysages monotones créés par l'intensification agricole. La réforme de la PAC proposée par l'UE risquerait d'élargir de tels paysages, selon les scientifiques.

« L’UE manque manifestement de volonté pour répondre à la demande du public en faveur d’une agriculture durable et pour mettre en œuvre les objectifs mondiaux en matière d’environnement et de développement qu’elle a contribué à adopter », a déclaré Peer. « Les intérêts des lobbyistes ont clairement dépassé les preuves et les intérêts publics ». Selon un sondage de l'UE, 92% des citoyens et 64% des agriculteurs estiment que la PAC devrait améliorer ses performances en matière de protection de l'environnement et du climat.

Les chercheurs considèrent que la résiliation des paiements directs est l'une des tâches essentielles de l'amélioration de la PAC. À court terme, le deuxième pilier devrait être renforcé et les mesures qui se sont révélées bénéfiques pour la biodiversité et la durabilité devraient être soutenues afin de réaliser les objectifs de développement durable.


Pe'er et Lakner voient dans le Parlement européen nouvellement élu une occasion de remodeler le processus de réforme afin de toujours satisfaire la volonté publique et les engagements de l'UE à l'égard des obligations internationales: « Il existe des preuves scientifiques suffisantes concernant ce qui fonctionne ou non, en particulier en ce qui concerne l'environnement », déclare Peer. « Il devrait être dans l’intérêt fondamental de la Commission européenne d’utiliser plus efficacement l’argent des contribuables pour soutenir des objectifs sociétaux tels que le maintien de la biodiversité ou l’agriculture durable en général », ajoute Lakner. Les scientifiques estiment qu'un véritable processus de réforme, impliquant toutes les parties prenantes concernées et prenant au sérieux les découvertes scientifiques, peut aider à rétablir le soutien du public et l'acceptation de la PAC.


Le dernier cycle de négociations de la PAC entre la Commission européenne, le Conseil européen et le Parlement européen devrait commencer à l'automne.


Sebastian Tilch

comms@bee-life.eu

​Telephone : ​32(0)10 47 34 16​​​

Place Croix du Sud 1

1348 Louvain-la-Neuve, Belgium

© 2017 BeeLife

Privacy Policy

  • Facebook - BeeLife
  • Twitter - BeeLife
  • LinkedIn - BeeLife
  • YouTube - BeeLife
LOGObee-lifeSOLO.png
Logo-BeeLife_European_Beekeeping_Coordination