Le vote de la Commission de l'Environnement du Parlement Européen sur la PAC est une lettre de S.V

Updated: Apr 2, 2019



- English - Español -

La commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire du Parlement européen (COM ENVI) a adopté aujourd'hui un avis sur la réforme de la politique agricole commune de l'Union européenne (PAC). PAN Europe, Arche Noah, et BeeLife se félicitent du vote et soulignent qu'en levant les ambitions de la réforme de la PAC sur l'environnement, la santé et le climat, COM ENVI a contribué à créer des perspectives à plus long terme pour les agriculteurs, ainsi que pour tous les citoyens et contribuables de l'UE.

L'agriculture de l'UE devrait travailler avec la nature et non contre elle. C’est le message principal de l’avis du COM ENVI sur le plan stratégique pour la PAC voté aujourd’hui. COM ENVI propose de renforcer la conditionnalité à laquelle les agriculteurs doivent se conformer pour pouvoir recevoir des paiements directs de 100% au titre de la PAC à l'avenir. L'avis souligne certaines des meilleures alternatives à l'utilisation de pesticides: les bonnes pratiques agronomiques. L’avis propose d’ouvrir plusieurs instruments permettant aux agriculteurs de enfin commencer à appliquer la gestion intégrée des ravageurs, comme le prévoit la directive de l’UE sur l’utilisation durable des pesticides (1). Plus précisément, l'avis actualise les «conditions favorables à l'agriculture et à l'environnement» (GAEC) et les exigences obligatoires statutaires (SMRs) qui dépendent de la réception des paiements directs de la PAC versés aux agriculteurs, mais propose également de mettre à niveau les services de conseil agricole financés par la PAC afin qu'ils offrent une assistance indépendante aux agriculteurs qui utilisent des techniques alternatives de lutte contre les ravageurs (2). Les règles GAEC adoptées par COM ENVI prévoient: d’appliquer une rotation de quatre années avec des légumineuses, tout en encourageant les agriculteurs à créer une biodiversité fonctionnelle (pollinisateurs, prédateurs d’organismes nuisibles) en intégrant les aspects de la nature dans leurs champs et à protéger les plans d’eau contre les pesticides. Il prévoit également que les agriculteurs bénéficiant de paiements directs doivent élaborer des plans de gestion des intrants (3). Les SMRs adoptés par COM ENVI prévoient que les paiements seront conditionnés à la tenue de registres d'utilisation de pesticides pendant trois ans (4). Ceci est essentiel pour mesurer les progrès accomplis dans la réduction de la dépendance aux pesticides, permettant aux États membres de fixer des objectifs de réduction de l'utilisation des pesticides dans leurs plans de PAC.

"Les négociations au sein du comité de l'agriculture principal (COM AGRI) sont en cours; COM AGRI est tenu de prendre en compte ces questions en raison de compétences partagées en matière d'environnement. En introduisant un aspect de planification et en mettant l’accent sur la biodiversité fonctionnelle et la rotation des cultures, COM ENVI contribue à ce que l’agriculture devienne un élément de la solution à la crise de notre nature (5), motivée par l’utilisation de pesticides. Nous exhortons COM AGRI à suivre la ligne ambitieuse de COM ENVI." Déclare Henriette Christensen, conseillère principale en agriculture de PAN Europe.

Notes:

(1) La directive 2009/128 / CE sur l'utilisation durable des pesticides (directive SUD) prévoit que les États membres mettent en place des systèmes permettant d'aider les agriculteurs à adopter financièrement et techniquement des solutions de remplacement non chimiques et des pratiques agro-écologiques, et à encourager ainsi les agriculteurs à appliquer une lutte antiparasitaire intégrée et réduire leur dépendance aux pesticides. Un rapport de la Commission européenne (COM (2017) 587 final) sur la mise en œuvre de la directive sur le développement durable indique: La lutte antiparasitaire intégrée est la pierre angulaire de la directive. Il est donc particulièrement préoccupant que les États membres n'aient pas encore fixé d'objectifs clairs ni assuré leur mise en œuvre. notamment pour l’utilisation plus répandue de techniques de gestion des terres telles que la rotation des cultures.

(2) L’amendement de compromis suivant a été adopté à l’article 15 des plans stratégiques de la PAC, notamment: Les services de conseil agricole couvriront au moins les éléments suivants: transition aux pratiques agroécologiques, y compris l'agroforesterie, et maintien de celles-ci; Outil de durabilité agricole pour les éléments nutritifs et réduction des intrants

(3) Les bonnes conditions agricoles et environnementales (GAEC) ont été mises à jour pour ajouter la partie en gras au texte de la Commission européenne::

GAEC 4: Mise en place de bandes tampons le long des cours d'eau d'une largeur minimale de 3 m et sur lesquelles aucun engrais ni produit phytopharmaceutique ne peut être utilisé

Justification: Protection des cours d'eau, des pollinisateurs, des sources d'approvisionnement en eau et des espèces aquatiques ou des écosystèmes contre la pollution, la toxicité et le ruissellement

GAEC 5: Utilisation de l'outil de durabilité de la ferme pour la réduction des éléments nutritifs et des intrants

Justification: Gestion durable des nutriments, des pesticides et des produits vétérinaires, en fonction de la taille et de l'intensité de l'exploitation

GAEC 8: Rotation de culture minimale de quatre ans, y compris une légumineuse

Justification: Préserver le potentiel du sol

GAEC 9: Une partie minimale de 7% de la superficie agricole est consacrée à des éléments non productifs où l'utilisation de pesticides et d'engrais synthétiques n'a pas lieu

Justification: Maintien d'éléments et de zones non productifs pour améliorer la biodiversité à la ferme, y compris la biodiversité fonctionnelle et les espèces utiles

  1. L'avis a mis à jour les exigences obligatoires statutaires (SMR) afin qu'il respecte désormais les articles 55 et 67 du règlement 1107/2009 sur la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques, ce qui signifie que les agriculteurs doivent appliquer des pesticides légaux et enregistrer leur utilisation pendant trois années. L'ajout de cet aspect au SMR 12 est crucial pour l'établissement d'indicateurs européens sur l'utilisation de pesticides: la Commission européenne a proposé d'ajouter un nouveau SMR, le SMR 13, relatif à la directive 2009/128 / CE sur l'utilisation durable des pesticides (SUD), voir ici, mais n’a pas pris en compte la lutte intégrée contre les ravageurs, qui, selon le SUD, est obligatoire à partir de janvier 2014. La Commission a proposé d’ajouter d’autres aspects (art. 5 (2), art. 8 (1-5), art. 12 et art.13 (1) et (3) .COM ENVI a ajouté l’article 14 à la liste des articles couverts par SMR13.

  2. “Plummeting insect numbers 'threaten collapse of nature'” Guardian, 10 February 2019, https://www.theguardian.com/environment/2019/feb/10/plummeting-insect-numbers-threaten-collapse-of-nature

CONTACT :

Pesticide Action Network Europe (PAN Europe), Henriette Christensen, +32473375671, henriette@pan-europe.info

BeeLife European Beekeeping Coordination, Andrés SALAZAR, +32 492 53 99 77, comms@bee-life.eu

ARCHE NOAH (Noah’s Ark) Seedsavers’ Association, Goncalo Macedo, + 32 (0) 497 068 396, goncalo.macedo@arche-noah.at

#ENVI #EuropeanParliament #CAP #Pesticides #COMENVI #COMAGRI #ParlementEuropéen #PAC #Français

comms@bee-life.eu

​Telephone : ​32(0)10 47 34 16​​​

Place Croix du Sud 1

1348 Louvain-la-Neuve, Belgium

© 2017 BeeLife

Privacy Policy

  • Facebook - BeeLife
  • Twitter - BeeLife
  • LinkedIn - BeeLife
  • YouTube - BeeLife
LOGObee-lifeSOLO.png
Logo-BeeLife_European_Beekeeping_Coordination