Une Agriculture Favorable aux Pollinisateurs

Updated: Apr 2, 2019



- English - Español -

BeeLife a récemment participé à l'événement "L'agriculture favorable aux pollinisateurs: qu'est-ce qui est possible maintenant?" Au cours de la discussion, l'organisation a rappelé l'importance des pollinisateurs, les défis auxquels ils sont confrontés et les mesures prises pour améliorer la situation actuelle. Cette année, nous avons célébré pour la première fois la Journée mondiale des abeilles. La journée a été officiellement instaurée par l'ONU pour nous rappeler à quel point il est important de protéger les insectes et les autres animaux. Ils accomplissent la tâche essentielle et silencieuse d'assurer la fertilité de cette planète et notre sécurité alimentaire. En outre, ils protègent plusieurs sources de revenus, la fourniture de denrées alimentaires saines et la stabilité du patrimoine culturel et du dynamisme rural. Les abeilles nous apprennent à penser à grande échelle et à long terme, en tenant en compte les conditions suivantes: • Les rapports montrent qu'il y a plus de 75% de perte de biomasse d'insectes en 27 ans dans les zones naturelles allemandes; • Les populations de papillons et d'abeilles sauvages diminuent avec le temps; • Les apiculteurs ont accru leurs efforts pour maintenir leurs populations d'abeilles au cours des trente dernières années; • Principaux problèmes observés dans les zones agricoles, où coexistent une confluence de facteurs stressants pour la santé des abeilles, tels que le manque de sources nutritionnelles, l'exposition aux pesticides ou la perte d'habitat; Tous ces faits apportent un message: l'agriculture d'aujourd'hui n'est pas assez bonne pour les pollinisateurs. Ces conditions entraînent des conséquences pour l'agriculture elle-même. Les risques pour les pollinisateurs signifient également des risques pour la stabilité agricole.


La dispersion du pollen est un facteur de production des rendements, aussi important que l'eau ou les nutriments, mais rarement pris en compte par les agriculteurs. Nous devons changer notre état d'esprit et allouer les efforts nécessaires pour permettre aux pollinisateurs de faire leur travail. De quoi les pollinisateurs ont-ils besoin? Comme tout autre être vivant, ils ont besoin de nourriture, d'eau, d'abri et de reproduction. De plus, ils en ont besoin en quantité et en qualité. La Commission européenne a déjà inclus des outils potentiellement positifs dans la politique agricole commune actuelle. Cependant, le gouvernement et l'industrie agricole pourraient en tirer avantage. Par exemple, la rotation des cultures aurait pu inclure une réduction de l'utilisation de pesticides et d'engrais. BeeLife a constaté que, malheureusement, les agriculteurs n'ont pas encore exploité un tel potentiel. Les céréales en rotation, la betterave à sucre et les pommes de terre ne fournissent pas de nourriture, d'eau ou d'abris aux pollinisateurs. Néanmoins, c'est la rotation des cultures typique dans de nombreuses zones agricoles industrialisées. La lutte pour l'interdiction de l'utilisation des pesticides dans les zones d'intérêt écologique a été longue. En outre, bien que les preuves montrent que les bandes de fleurs ou les haies servent de nourriture et d'abri aux pollinisateurs et aux animaux sauvages, il est également vrai que leur emplacement dans le paysage peut les transformer en pièges. Même si les agriculteurs utilisent les meilleures pratiques agricoles, ils ne peuvent pas contrôler l'exposition future des produits utilisés dans leurs champs. Le devenir des produits dépend d'eux-mêmes, compte tenu de leur persistance, de leur solubilité dans l'eau, de leur volatilité et d'autres facteurs. Les pesticides les plus sûrs sont ceux qui ne sont pas utilisés. Par conséquent, plusieurs outils inclus dans le deuxième pilier de la PAC qui impliquent la multiplication des ressources nutritionnelles dans l'environnement, doivent être appliqués de pair avec une réduction de l'utilisation des pesticides dans les cultures voisines. Si nous réussissons à appliquer ces outils et à réduire l'utilisation des pesticides, nous pourrions transformer le cycle négatif en un cycle positif: celui de l'intensification écologique (intensifier les rendements en augmentant simplement le mouvement du pollen parmi les fleurs).


Pour réaliser l'intensification écologique, BeeLife demande aux agriculteurs de récupérer des pratiques agronomiques telles que les variétés résistantes à l'utilisation, d'éviter de planter des variétés qui ne sont pas adaptées à des zones ou des sols spécifiques, inclure les légumineuses et les oléagineux dans les rotations, utiliser si possible des plantes robustes qui dispensent des traitements et explorer les fonds mutuels et les régimes d'assurance comme alternative au traitement des pesticides ou appliquer la technologie et l'innovation (en particulier les solutions naturelles). Nous demandons également aux institutions de favoriser le dialogue entre les apiculteurs et les agriculteurs, car le respect du travail des uns et des autres vient de la compréhension des besoins des uns et des autres, d'égal à égal. Tous ces outils sont disponibles aujourd'hui. Rien n'a besoin d'être créé. Nous avons seulement besoin de la volonté pour que ces changements se produisent. Pour la prochaine PAC, nous ne pouvons pas revenir en arrière. Nous avons besoin de mesures qui suivent cette logique, en élargissant les outils disponibles pour assurer une transition en toute sécurité pour les agriculteurs vers une durabilité et une responsabilisation accrues. Pour ce dernier, nous proposons un indicateur de pollinisation comme traceur de l'efficacité des politiques de santé des écosystèmes. Ce sont tous des efforts pour soutenir la qualité de vie des abeilles et de nous-mêmes.


#Events #BeeFriendlyFarming #Français

comms@bee-life.eu

​Telephone : ​32(0)10 47 34 16​​​

Place Croix du Sud 1

1348 Louvain-la-Neuve, Belgium

© 2017 BeeLife

Privacy Policy

  • Facebook - BeeLife
  • Twitter - BeeLife
  • LinkedIn - BeeLife
  • YouTube - BeeLife
LOGObee-lifeSOLO.png
Logo-BeeLife_European_Beekeeping_Coordination