Lettre au Commissaire Hogan - Plan Protéine UE

Updated: Apr 2, 2019


Download PDF


Brussels, 29 May 2018

- English - Español -

Cher Commissaire Hogan, Nous vous écrivons au sujet du projet de plan européen sur les protéines, qui devrait être publié plus tard dans l'année, et nous aimerions demander une réunion pour discuter de son contenu et de son orientation. Nous nous félicitons que l'UE propose un plan de protéines. Les effets de la demande de l'UE sur les protéines de soja importées ont conduit trop longtemps à des dommages généralisés à l'environnement, à l'agriculture durable et aux moyens de subsistance ruraux, en particulier dans les pays du Sud. Dans cet esprit, nous demandons que le plan européen sur les protéines aborde les questions et recommandations suivantes: Le lien entre la production animale industrielle et la demande en protéines végétales La demande de plantes protéagineuses a considérablement augmenté au cours des dernières décennies en raison de l'augmentation de la production et de la consommation de produits animaux, en particulier la volaille (y compris les œufs) et la viande porcine, les deux élevages intensifs et presque entièrement tributaires des céréales et des soja. La réduction de la production et de la consommation de produits animaux dans l'UE réduira considérablement la demande de protéagineux à des niveaux plus durables et plus équitables. La destruction et la dégradation des terres dans les pays tiers Le modèle d'agriculture animale intensive de l'UE, conçu pour répondre à des volumes de production et de consommation élevés, entraîne la conversion des forêts et d'autres écosystèmes en dehors de l'UE. Il est donc essentiel que la Commission européenne adopte un plan d'action pour lutter contre la déforestation et la dégradation des forêts, notamment une législation garantissant que les produits agricoles, y compris les protéagineux, liés au marché de l'UE soient exempts de déforestation et respectent pleinement les droits humains. Promotion des légumineuses pour la nutrition humaine et leurs avantages environnementaux Les légumineuses sont une source riche en minéraux tels que le fer, le zinc et l'acide folique, sont pauvres en graisses et riches en protéines et fibre. Ils contribuent également à l'atténuation et à l'adaptation au changement climatique: ils nécessitent peu d'eau ou engrais, ajouter de l'azote précieux au sol et, lorsqu'il est cultivé avec d'autres cultures, peut augmenter la fertilité du sol et le rendement. Produire plus de légumineuses, surtout lorsqu'une partie de la rotation des cultures est solide, est aussi outil qu'il peut aider les agriculteurs européens à réduire leur dépendance aux pesticides. En outre, beaucoup de leurs variétés sont de riches sources de nourriture pour les pollinisateurs.

Afin de rendre le système alimentaire plus résilient et économe en ressources, il est impératif d'assurer approvisionnement durable en protéagineux de l'UE pour la consommation humaine. Le marché de la viande végétale et les alternatives laitières se développent rapidement, la viande végétale étant seule censée atteindre un 4,2 milliards d'euros d'ici 2020, et l'Europe est actuellement le plus grand marché des substituts de viande avec 39% part de marché mondiale. La promotion des légumineuses à grains devrait donc être un point focal de la stratégie. Investir dans la recherche sur le développement de diverses cultures de protéines Il y a un besoin urgent d'investissement dans la recherche et le développement de haute qualité, diversifiée, nutritifs et souvent négligés, les cultures de semences et les légumineuses à grains (légumineuses) pour la consommation humaine qui bénéficiera la santé humaine, l'environnement et soutiendra la biodiversité.

Recommandations politiques:

  • Inclusion d'une stratégie définissant des mesures concrètes pour réduire la production et la consommation de produits animaux, afin d'atténuer les effets néfastes de la farine animale industrielle et d'augmenter la demande en protéines végétales pour la consommation humaine;

  • Encourager la production de protéagineux divers et sous-utilisés pour l'alimentation humaine, par rapport à la production animale intensive (y compris les aliments pour animaux);

  • L'adoption d'un plan d'action de l'UE sur la déforestation et la dégradation des forêts, y compris une législation garantissant que les importations de produits agricoles tels que les protéagineux ne provoquent pas de déforestation et respectent pleinement les droits de l'homme;

  • Promouvoir la production de protéagineux qui contribuent parallèlement à la production d'autres biens comme la production apicole ou la fourniture de provisions pour les pollinisateurs sauvages;

  • Mener une évaluation complète avec un indicateur de résultats sur la façon dont les objectifs du plan sur les protéines peuvent être traités dans le cadre du PAC, notamment:

o Veiller à ce que l'objectif de mettre de côté les «domaines d'intérêt écologique» ne soit pas vaincu par les rouvrir à l'utilisation d'herbicides au nom de la production de soja; o Fournir un fonds de subvention au titre du Pilier II pour aider les agriculteurs à s'éloigner de l'élevage intensif à la production de protéagineux pour l'alimentation humaine; o Accroissement du soutien financier et consultatif pour la rotation des cultures et la diversification les pratiques impliquant la culture de protéines végétales; o Suppression du soutien aux monocultures, à l'élevage intensif et à d'autres pratiques qui conduisent effectivement à la concentration de la propriété foncière; de même, ces pratiques ne devraient pas être soutenu en dehors de l'UE; o Soutenir une agriculture agroécologique diversifiée, en créant de courtes chaînes d'approvisionnement de la ferme à fourchette à des prix équitables pour les agriculteurs et les citoyens; o Assurer la disponibilité des protéines et des graines de légumineuses à des prix équitables, ceci étant possibilité d'induire l'élevage écologique de légumineuses et de légumineuses pour la consommation et leur commercialisation dans la chaîne de valeur; o Fournir un fonds de subvention au titre du Pilier II pour soutenir des installations décentralisées et améliorées la sélection des semences et le développement, le traitement, le stockage et la commercialisation des variétés de cultures régionales de légumineuses.

En tant qu'organisations de la société civile représentant les intérêts des citoyens de l'UE, nous espérons que vous nous accorderez une réunion pour discuter des problèmes soulevés ci-dessus. Nous sommes impatients de vous recevoir et de rester à votre disposition pour répondre à vos questions. Cordialement,

Alexandra Clark, Campaign Manager, Humane Society International/Europe Ariel Brunner, Head of Policy, Birdlife Europe and Central Asia Christian Schrefel, Chairman of the Board, Arche Noah Eric Gall, Deputy Director, IFOAM Francesco Panella, President, BeeLife Jagoda Munic, Director, Friends of the Earth Europe Jeremy Wates, Secretary General, European Environmental Bureau Jeroen Watté, Agroecologist, Wervel Marco Contiero, EU Policy Director on Agriculture, Greenpeace European Unit Marta Messa, Director of the Brussels Office, Slow Food Nicole Polsterer, Sustainable Consumption and Production Campaigner, Fern Olga Kikou, European Affairs Manager, Compassion in World Farming Pierre Sultana, Director of European Policy Office, VIER PFOTEN - Stiftung für Tierschutz Reineke Hameleers, Director, Eurogroup for Animals Szocs-Boruss Miklos-Attila, President, Eco Ruralis

#Letter #Protein #EU #EuropeanCommission #Français

comms@bee-life.eu

​Telephone : ​32(0)10 47 34 16​​​

Place Croix du Sud 1

1348 Louvain-la-Neuve, Belgium

© 2017 BeeLife

Privacy Policy

  • Facebook - BeeLife
  • Twitter - BeeLife
  • LinkedIn - BeeLife
  • YouTube - BeeLife
LOGObee-lifeSOLO.png
Logo-BeeLife_European_Beekeeping_Coordination