Une Nouvelle Étude Trouve des Alternatives aux Dangereux Insecticides Néonicotinoïdes

Updated: Apr 2, 2019



BeeLife European Beekeeping Coordination

26 février 2018

Louvain-la-Neuve, Belgique

- English - Español - Italiano -

Le Groupe de Travail sur les Pesticides Systémiques vient de publier une nouvelle étude qui remet en question la valeur des insecticides néonicotinoïdes. Des chercheurs de différentes nationalités ont confirmé qu'il existe d'autres alternatives efficaces aux graines enrobées de néonicotinoïdes. En compilant et en examinant plus de 200 études sur la performance des néonicotinoïdes, le groupe de travail présente à la fois l'inefficacité des insecticides et introduisent des alternatives.

La Docteure Noa Simón Delso, conseillère scientifique de BeeLife, co-auteure l'étude qui comprend des données probantes sur les problèmes liés aux néonicotinoïdes. Avec les preuves compilées depuis leur introduction sur le marché dans les années 1990, les chercheurs les ont trouvées extrêmement toxiques pour la biodiversité. Les néonicotinoïdes sont très toxiques à très faibles doses, solubles dans l'eau et se dégradent très lentement dans le sol. Leur popularité et leur application prolongée provoquent une contamination environnementale à grande échelle, avec des effets létaux et sub-létaux sur les pollinisateurs, y compris les abeilles.

Outre les dangers liés à l'application des néonicotinoïdes, il existe également des preuves de très faibles bénéfices. Selon les résultats de l'étude, l'utilisation de semences traitées n'augmente pas le rendement des cultures dans la plupart des cas. La question de la dépendance excessive vis-à-vis de pesticides tels que les néonicotinoïdes a également entraîné une résistance accrue des ravageurs et, par conséquent, un coût accru pour les agriculteurs. Il y a eu des cas où l'utilisation de néonicotinoïdes est non seulement injustifiée, mais ses risques dépassent de loin ses avantages possibles.

Le coprésident du groupe de travail, Jean-Marc Bonmatin, a déclaré que «le recours excessif aux insecticides systémiques pour la lutte antiparasitaire inflige de sérieux dommages aux services environnementaux qui sous-tendent la productivité agricole. Il existe des modèles alternatifs de lutte intégrée contre les ravageurs - qui sont bien meilleurs pour l'environnement sans augmenter les coûts ou les risques pour les agriculteurs. "

Les alternatives présentées dans l'étude comprennent des solutions paysagères, telles que la gestion des corridors écologiques; appliquer de meilleures méthodes d'élevage, y compris les rotations culturales; l'utilisation de méthodes de lutte biologique, en tant que prédateurs naturels et micro-organismes; et d'autres méthodes respectueuses de l'environnement (pièges, répulsifs, insecticides d'origine naturelle).

Outre les alternatives mentionnées, il présente également deux solutions innovantes. Premièrement, une méthode de prévision fiable et peu coûteuse pour cibler de manière appropriée les pesticides antiparasitaires. Par exemple, grâce à cette méthode de prévision, il a été possible de constater que 96% des champs de maïs de l'Italie du Nord n'ont pas besoin d'un traitement insecticide. Deuxièmement, il constitue également le premier pas vers une nouvelle méthode d'assurance. Une assurance «fonds mutuels» à grande échelle est une approche rentable. Il a même un coût inférieur au coût total des traitements insecticides.

Le président de BeeLife, Francesco Panella, a reconnu que «les informations publiées aujourd'hui montrent une fois de plus que les pratiques agricoles conventionnelles ont dépassé les outils de production et que les parasites sont devenus résistants aux néonicotinoïdes. Il semble que l'innovation dans l'agriculture ne se limite pas au remplacement d'un produit chimique par un autre: jour après jour, le consensus s'accroît pour de véritables choix innovants dans la future Politique Agricole Commune pour stimuler la mise en œuvre de ce type de solutions dans toute l'Europe.

Selon le groupe de travail, «seule une infime partie de l'utilisation des pesticides sert à lutter contre les ravageurs, le reste pollue l'environnement», ce qui signifie que les solutions alternatives ne sont pas seulement rentables, la recherche et l’application des alternatives aux pesticides deviennent nécessaires pour protéger l'environnement et sa biodiversité.

- FIN –

Contact: Andrés SALAZAR, BeeLife European Beekeeping Coordination: comms@bee-life.eu

Étude complète: Une mise à jour de l'évaluation intégrée mondiale (WIA) sur les insecticides systémiques. Partie 3: alternatives aux insecticides systémiques

NOTE AUX RÉDACTEURS:

BeeLife European Beekeeping Coordination est une association formée par des professionnels du secteur de l'apiculture de différents pays de l'Union européenne. Son activité principale est l'étude de l'impact sur les abeilles des menaces environnementales telles que les pesticides ou les organismes génétiquement modifiés (OGM).

BeeLife travaille pour la protection des abeilles en partant du principe que «les abeilles servent de canari dans la mine d'or», sonnant l'alarme que quelque chose ne va pas dans l'environnement. En outre, les abeilles produisent 30% de tous nos aliments avec la pollinisation des fruits, des légumes et des cultures arables comme le tournesol et le colza, ce qui a une valeur intrinsèque que la Coordination s'efforce de protéger.

#Français #Neonicotinoids #Alternatives

comms@bee-life.eu

​Telephone : ​32(0)10 47 34 16​​​

Place Croix du Sud 1

1348 Louvain-la-Neuve, Belgium

© 2017 BeeLife

Privacy Policy

  • Facebook - BeeLife
  • Twitter - BeeLife
  • LinkedIn - BeeLife
  • YouTube - BeeLife
LOGObee-lifeSOLO.png
Logo-BeeLife_European_Beekeeping_Coordination